Au printemps, c’est la période idéale pour faire une petite détoxification du foie. On a accumulé pas mal de déchets avec Noel, nouvel an, la galette des rois, … alors, à l’arrivée des beaux jours, on en profite pour éliminer tout ça et pour « repartir du bon pied ». 

Pourquoi le foie ? 

Parce que le foie est une merveille de la nature, un chef d’oeuvre des temps modernes, un organe incroyable dont il faut prendre soin. Et à mes yeux, on ne nous en parle vraiment pas assez ! 

Le foie est le deuxième plus grand organe du corps et il est celui qui effectue le plus de transformation chimique dans l’organisme. Il : 

  • assure un rôle de synthèse des glucides, lipides et protéines
  • épure le sang (il neutralise les toxiques, toxines ou encore médicaments qu’il évacue ensuite par la bile, il nous débarrasse de l’alcool, il détruit nos vieux globules blancs et globules rouges, …) 
  • stocke les vitamines A, D, E, K, le fer, le cuivre, la vitamine B12 ou encore le glycogène
  • nous aide à digérer les graisses grâce à l’action de la bile qu’il produit (et qui est stocké puis déversé pas la vésicule biliaire). 

Bref comme je vous le disais, il est redoutable d’efficacité (si on en prend soin !). Lorsque le foie n’est pas en bonne santé, les reins, qui eux aussi « drainent » et « détoxifient » le corps, vont devoir assumer une charge de travail supplémentaire. Ça fonctionne pendant un temps mais à la longue, eux aussi vont s’épuiser et le truc chiant avec les reins, c’est qu’on ne s’aperçoit de rien jusqu’à ce qu’on soit en insuffisance rénale (Qui a envie de passer ses journées à l’hôpital sous dialyse ? Pas moi !) 

Comment faire une détox hépatique ? 

Par chance, (et contrairement aux reins) le foie est l’organe qui a la plus grande capacité de régénération. Je pourrais vous parler d’une expérimentation sur les souris qui montre une régénération en 7 à 10 jours du foie après ablation de 70% de l’organe mais je ne suis vraiment pas favorable aux expériences sur animaux ! 

Pour qu’il se régénère, manger sainement est bien entendu la première et meilleure option avant n’importe quel complément (on en revient toujours à l’hygiène de vie !). D’ailleurs, c’est bien pour ça qu’on vous propose un atelier sur l’alimentation saine le 5 avril de 19h à 21h à Paris avec Manon (toutes les infos ici et pour prendre ses billets, c’est ici) . 

Manger sain, éviter l’alcool, le café, le thé, le chocolat, les produits transformés, tout cela avec pour but de permettre au foie de se régénérer. Travailler sur ses émotions va également jouer un rôle important. 

Néanmoins, afin de renforcer le travail du foie et donc en parallèle d’une bonne hygiène de vie, voici quelques plantes hépatiques à connaitre lorsqu’on se lance dans une détox : 

  • Le radis noir : je vous en ai déjà parlé mais celui-là a un pouvoir incroyable. A manger cru (avec des carottes par exemple), il draine le foie et la bile. C’est également un antibactérien et joue un rôle de tonique respiratoire. 
  • Le pissenlit (ou taraxacum officinalis) : Tonique, draineur hépatique et biliaire, anti cholestérol, reminéralisant, immunostimulant, le pissenlit a tout pour plaire. On privilégiera les racines ou la fleur puisqu’elle est comestible. Avec les racines, on pourra notamment préparer une décoction. Vous la retrouverez également en teinture mère. 
  • L’artichaut (ou Cynara scolymus) : on peut le consommer tel quel dans notre alimentation ou faire des tisanes avec les feuilles d’artichaut (dans ce cas, on ajoutera de la mélisse pour éviter que l’artichaut vide trop violemment la vésicule biliaire). L’artichaut stimule les fonctions de synthèse dont on a parlé tout à l’heure. Il est également : draineur, tonique, anti cholestérol, diurétique ou encore laxatif. 
  • Le romarin officinal (ou rosmarinus officinales) : à consommer frais de préférence en privilégiant les jeunes pousses. Vous pouvez préparer des infusions de romarin à raison de 3 pincées par tasse (si frais) ou 1 pincée par tasse (si sec). Le romarin est incroyable et très efficace. Il stimule la fonction hépatique, permet une vidange de la vésicule mais plus douce que l’artichaut, relance l’énergie, aide dans les cas d’hypotension, soulage les rhumatismes, les migraines ou encore les affections bronchiques. 
  • Le chardon marie (ou silybum marianum) : je vous en ai déjà parlé mais le chardon marie est très intéressant car il aide à la reconstruction du tissu hépatique. Il se consomme en gélule (attention à celle que vous trouvez en magasin, vérifiez qu’il n’y a rien d’autres que du chardon marie et la gélule en matière végétale) ou en gouttes. 
  • Le curcuma : on connait aujourd’hui tous les bienfaits du curcuma, notamment par son action anti inflammatoire. Mais le curcuma joue également un rôle important dans la protection du foie. D’ailleurs, il est si puissant qu’il est déconseillé pendant les chimiothérapies (il peut notamment empêcher la chimio d’agir sur certaines cellules cibles). Par contre, après 8-10 jours de chimio, le curcuma sera vraiment très intéressant. 

Outre toutes ces plantes, comme je vous en ai déjà parlé, la bouillotte est votre meilleure amie. 

Enfin, voici une petite recette pour faire votre cure de printemps : 

  • 3 pincées de romarin
  • 4 pincées de mélisse
  • 2 pincées de feuilles d’artichaut (qu’une en cas de calcul)
  • 1L d’eau

Après que l’eau soit montée en ébullition, faire infuser 10 minutes et à boire toute la journée. 

Durée

La cure dure environ 3 semaines (mais à modifier selon vos propres ressentis !)

Précautions  

Si vous avez l’habitude d’avoir de gros calculs, évitez les drainages importants et privilégiez une détox progressive et en douceur. 

Et vous, vous faites quoi pour prendre soin de votre foie ? 

Pin It on Pinterest

Share This